[colloque international] « Reenactment / Reconstitution : refaire ou déjouer l’Histoire ? » du 22 au 29 sept 2018, Cerisy la Salle.

Je participe au colloque international « Reenactment / Reconstitution : refaire ou déjouer l’Histoire ? » sous la direction de Estelle DOUDET et Martial POIRSON

En savoir plus : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/reenactment18.html


PRÉSENTATION DU COLLOQUE

La ferveur pour l’histoire s’étend aujourd’hui largement au-delà des cercles
initiés et paroles consacrées. Elle prend notamment la forme de reconstitutions
grandeur nature, en temps réel, d’événements à caractère historique: batailles,
festivités, rites religieux ou civiques, ambassades, processions, repas,
spectacles ou même modes de vie… En marge du discours scientifique (qui
pourtant les nourrit) et surtout du discours institutionnel (dont pourtant elles
s’inspirent), les initiatives de ces « reconstitueurs » ou performeurs attestent
d’un rapport de réappropriation, voire de détournement, où les publics
s’emparent de l’Histoire pour vivre une expérience sensible ou sensorielle,
participative et immersive.

Rejouer l’histoire n’est pas un geste comme un autre, puisqu’à la faveur de la
reconstitution, le temps se redéploie en cristallisant de nouveaux enjeux, entre
commémoration, marchandisation, expérimentation et subversion. Ce que
l’anglais nomme reenactment peine à trouver un équivalent en français, la
traduction même du mot posant problème: remise en acte; réactivation,
recréation, reconstitution, restitution…

L’objectif de ce colloque consiste à définir cet acte complexe et à
cartographier ces pratiques diverses de reconstitution historique d’hier et
d’aujourd’hui, depuis les exploitations mémorielles et récréatives jusqu’aux
dispositifs scientifiques et artistiques, en passant par les avatars numériques,
entre survivance du passé et acte de création imaginaire.

Largement ouvert aux expérimentations concrètes, il articulera ateliers,
conférences, débats, tables rondes et projections autour de plusieurs
thématiques structurantes. Une première séquence de travail permettra d’abord
de distinguer usages anciens et pratiques contemporaines; une seconde
séquence interrogera les enjeux de production et de diffusion de cette
« fabrique » d’histoires; une troisième séquence étudiera les usages sociaux du
Reenactment en fonction de leurs objectifs et implications, afin de mettre en
évidence des points de tension entre différentes formes de médiation de
l’Histoire.